Comprendre le projet


image PAEPARDFeuilleViolette.jpg (43.4kB)

Les appels à proposition (call 1 et 2)

Pour consolider les partenariats Afrique-Europe, le PAEPARD a, en 2010 et 2011 utilisé des appels à propositions. Environ 150 partenariats multi-acteurs ont été créés à partir des deux appels. Toutefois le processus de sélection n’a retenu que neuf des meilleurs consortiums issus du premier appel et dix du second appel. Les consortiums ont dû lancer un processus de partenariat comportant le lancement des partenariats et des ateliers d’écriture pour élaborer des propositions à soumettre aux investisseurs. Toutefois, avant même la fin du cycle de mise en place de partenariats, des critiques ont été émises par certains utilisateurs de la recherche qui considéraient le processus comme étant une approche descendante qui ne leur accordait pas suffisamment de temps pour qu’ils puissent s’en approprier en vue d’une viabilité à long terme. Les partenaires du PAEPARD ont dû réfléchir à un nouveau mécanisme de partenariat qui permettait d’aborder la question. Par conséquent un nouveau mécanisme de courtage dirigé par les utilisateurs et appelé d’ailleurs Processus guidé par les utilisateurs (PGU) a été défini. La première version du concept a été produite par les partenaires non-chercheurs du PAEPARD lors d’une réunion organisée par le CSA à Bruxelles en fin 2011. Avec le temps, le concept a, lors de nombreuses réunions, été clairement défini par tous les partenaires pour retenir 6 grandes étapes.

image PAEPARDFeuilleViolette.jpg (43.4kB)

Le Processus guidé par les utilisateurs (PGU)

  • 1- La définition par l’organisation paysanne sous-régionale d’un thème fédérateur par le biais de consultations internes avec les parties prenantes.
  • 2- Une revue documentaire de l’état actuel des interventions de recherche et de développement axées sur le thème fédérateur. Cet examen s’est fait sous forme d’étude théorique ou de visite dans le domaine du mandat.
  • 3- Un atelier d’orientation au cours duquel, les facilitateurs de l’innovation agricole se familiarisent avec les processus du PAEPARD en vue de faciliter l’ensemble du processus.
  • 4- La tenue d’un atelier multi-acteurs axé sur des questions de recherche (MSHRQW) qui permet de valider les conclusions de l’examen documentaire et de clarifier la ou les questions de recherche se rapportant à la chaîne de valeur ainsi que la formation d’un groupe restreint (de cinq à sept membres) qui fera avancer le processus.
  • 5- L’élaboration d’une note conceptuelle qui déterminera la dernière étape ; et
  • 6- L’élaboration d’une proposition complète et sa soumission par un groupe restreint.

image PAEPARDFeuilleViolette.jpg (43.4kB)

Les thèmes fédérateurs du Processus guidé par les utilisateurs (PGU)

À la suite de la définition du concept, cinq partenaires non-chercheurs du PAEPARD ont participé au processus s’articulant autour des cinq thèmes suivants :
  • Chaînes de valeur d’élevage extensif en Afrique de l’Est avec une focalisation sur le Kenya et l’Ouganda. EAFF
  • Chaîne de valeur des produits horticoles dans les zones urbaines avec un accent sur le Congo Brazzaville, la République Démocratique du Congo et le Cameroun. PROPAC
  • Chaîne de valeur du riz au Bénin, au Burkina Faso et au Mali. ROPPA
  • Chaîne de valeur de l’arachide en Zambie et au Malawi. FANRPAN
  • Valorisation non alimentaire de la mangue en Afrique de l’Ouest (Burkina-Faso, Côte d’Ivoire, Sénégal). COLEACP

Les cinq partenaires participent au PGU depuis 2012 en vue de mobiliser des partenaires et le financement axés sur le thème. D’autres partenaires tels que le PROPAC et le ROPPA établissent un dialogue entre chercheurs et non-chercheurs dans le but ultime de mettre en place le cadre d’un dialogue permanent qui se poursuivre même à la fin des activités du projet.

image PAEPARDFeuilleViolette.jpg (43.4kB)

Le Fonds compétitif de recherche (CRF) et le Fonds incitatif (IF)

En même temps que le PGU, le PAEPARD mène des activités relatives à deux autres sources de financement : le Fonds compétitif de recherche (CRF) et le Fonds incitatif (IF) pour appuyer les 19 consortiums créés grâce aux deux appels et aux PGU mentionnés ci-dessus. En ce que concerne le CRF, seuls quatre projets pilotes ont réussi à obtenir un appui pour expérimenter les partenariats multi-acteurs dans différents contextes. Les projets sont les suivants :
  • Amélioration des technologies de transformation du Soja en lait et en « Afitin » au Sud et au Centre du Bénin (PROSAM).
  • Effets des amendements organiques enrichis aux Trichoderma sp. appliqués aux productions maraîchères de la zone sub-saharienne (Trichoderma). Burkina Faso
  • Élimination de l’aflatoxine avant et après récolte dans les déchets dans la chaîne de valeur de l’arachide (GNVC) au Malawi et en Zambie en vue d’améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle des familles des petits agriculteurs (GNVC).
  • Amélioration de la sécurité nutritionnelle et accroissement des revenus en apportant de la valeur ajoutée aux légumes indigènes à l’Est et au Centre de l’Ouganda (légumes indigènes).

Ces projets qui ont débuté en fin 2014 en sont maintenant en leur seconde année d’activités. Pour certains d’entre eux de bons progrès ont été réalisés en ce qui concerne la production et la diffusion de technologies mais également du point de vue de la fonctionnalité des partenariats multi-acteurs.